Croissance : « Super cycle » ou bien longue dépression

En Europe, en moins de deux ans et demi, le quart du marché des transactions boursières leur a échappé. Cette variante est prévue dans sa panoplie de politique monétaire.Sans doute, par leurs idées, ces génies vivent encore aujourd’hui dans le cerveau de la race humaine, mais leur sang n’a pu se mêler au sien.On a dit que la religion avait commencé par la magie.En Europe, l’inefficacité étouffe la croissance.Elles creuseraient jusqu’à la racine même de la nature et de l’esprit.À ce point de vue, la récompense devient une sorte de « réponse » d’amour ; toute bonne action ressemble à un « appel » adressé à tous les êtres du vaste univers ; il paraît illégitime que cet appel ne soit pas entendu et que l’amour, infécond, ne produise pas la reconnaissance : l’amour suppose la mutualité de l’amour, conséquemment la coopération et le concours, conséquemment la satisfaction de la volonté et le bonheur.Cependant il ne faut pas se dissimuler que, lorsqu’on se place à leur point de vue, on comprend qu’ils se laissent facilement entraîner par le désir de réussir.Ma seconde maxime étoit d’être le plus ferme et le plus résolu en mes actions que je pourrois, et de ne suivre pas moins constamment les OPINIONS les plus douteuses lorsque je m’y serois une fois déterminé, que si elles eussent été très assurées : imitant en ceci les voyageurs, qui, se trouvant égarés en quelque forêt, ne doivent pas errer en tour- noyant tantôt d’un côté tantôt d’un autre, ni encore moins s’arrêter en une place, mais marcher toujours le plus droit qu’ils peuvent vers un même côté, et ne le changer point pour de foibles raisons, encore que ce n’ait peut-être été au commencemenVoilà donc que nous avons passé en revue tous les effets que l’on doit attribuer à la pure sensibilité. Pour lui, le tournant majeur de cette quête se situe en 1962/1965 au moment où femme russe publie « Les Choses » et où la possession de biens matériels facilitant la vie quotidienne devient source de bonheur. Mais il y a des états morbides qui sont des imitations d’états sains : ceux-ci n’en sont pas moins sains, et les autres morbides.

Publicités