Demain, une europe morcelée ?

Ainsi, par une série indéfinie d’actions et de réactions entre la fonction et l’organe, et sans faire intervenir une cause extra-mécanique, on expliquerait la formation progressive d’un œil aussi bien combiné que le nôtre. C’est une aventure et une expérience ouverte : sorte de fitness mental et émotionnel qui peut s’appliquer à la vie aussi bien qu’au travail et à tous les projets », relève e-réputation.Le principe : à chacun selon ses œuvres, est un simple principe économique ; il résume fort bien l’idéal de la justice commutative et des contrats sociaux, nullement celui d’une justice absolue qui donnerait à chacun selon son intention morale.C’est de quoi ni le mécanisme ni le finalisme ne tiennent compte, et c’est à quoi nous ne prenons pas garde non plus quand nous nous étonnons de la merveilleuse structure d’un instrument comme l’œil.Sur ce principe, on ne voit plus dans le monde que des « unités s’épanouissant sous la forme ternaire.Quelle conclusion tirer de là ?Ainsi, à moins que la nature, la Providence, quelle que soit la puissance qui préside à nos destinées, ne soit tombée dans la plus choquante, la plus cruelle contradiction, nos désirs étant indéfinis, la présomption est que nos moyens d’y pourvoir le sont aussi.Dans les grandes banques new-yorkaises, on se montre beaucoup plus optimiste qu’en Europe sur l’économie américaine.Nous y gagnons surtout de faire tomber l’insurmontable barrière que le réalisme élevait entre les choses étendues et la perception que nous en avons.Les ingénieurs corrigent donc ces effets, non en introduisant les théories d’Einstein dans leurs équations, mais en faisant en sorte que les satellites et des stations au sol conservent les mêmes écarts de temps.Un dieu ne peut pas lutter avec un homme : il s’expose à être terrassé, comme l’ange par Jacob.

Publicités