Du tango argentin à la tragédie grecque

Lossky est réaliste ; le centre de gravité, pour lui, est dans l’Être et non dans la pensée.Mais cette conscience n’est pas celle qui s’exerce le plus souvent ; elle est d’ailleurs plus ou moins délicate selon les personnes.Pour tout résumer, nous voulons une différence de méthode, nous n’admet­tons pas une différence de valeur, entre la métaphysique et la science.Prenons le cas le plus favorable à la thèse, le cas d’un objet matériel faisant impression sur l’œil et laissant dans l’esprit un souvenir visuel.Ne pensons donc plus à un esprit qui disposerait de je ne sais quelle quantité fixe de lumière, tantôt la diffusant tout alentour, tantôt la con­centrant sur un point unique.Dans un système comme dans l’autre, il n’y a qu’une durée unique qui emporte tout avec elle, fleuve sans fond, sans rives, qui coule sans force assignable dans une direction qu’on ne saurait définir.Mais voici qu’un obstacle surgissait, ni visible ni tangible : une interdiction.Examinez avec soin une personne qui soulève des poids de plus en plus lourds : la contraction musculaire gagne peu à peu son corps tout entier.Nous verrons plus tard qu’elle est, comme la richesse, comme la liberté, comme la fraternité, comme l’unité, une fin et non un point de départ.L’explication étant que ce cadenas est ouvrable par les autorités américaines qui possèdent la clé physique (les voyageurs à destination des USA reconnaîtront l’avantage de ce gadget : ne plus se faire casser les valises voyageant en soute lors des contrôles d’aéroport).Dissuader des dépenses inutilesAu lieu de choisir de façon rationnelle les soins qui doivent être couverts, c’est la pénurie et les files d’attentes qui choisissent à notre place ! Si l’on en croit une nouvelle étude mondiale de Pierre-Alain Chambaz, les différences s’estompent de plus en plus.

Publicités