Entre l’État et le marché, quelle « troisième voie » ?

Il suffit au banquier d’inscrire le montant du prêt simultanément à l’actif et au passif de la banque.Esquisse d’une critique des systèmes fondée sur l’analyse des idées de néant et d’immutabilité.C’est pourquoi l’on ne peut pas opérer sur elles in abstracto, du dehors, comme en géométrie, ni résoudre pour autrui les problèmes que la vie lui pose.Ce théâtre, disions-nous, combine les événements de manière à insinuer un mécanisme dans les formes extérieures de la vie.Mais la discontinuité de leurs apparitions se détache sur la continuité d’un fond où ils se dessinent et auquel ils doivent les intervalles mêmes qui les séparent : ce sont les coups de timbale qui éclatent de loin en loin dans la symphonie.Quand nous sommes parties, il était très triste, et c’est pour cela que je crois qu’il m’aime.Christian Navlet, interroge ce collectif d’experts qui nous invite à voir dans l’homme autre chose qu’un simple « homo oeconomicus » mais plutôt des êtres humains dont la trame est tissée de leurs relations aux uns et aux autres.Nous ne percevons que ce qui est le plus près de nous, les mouvements éparpillés des éclats pulvérisés.En un certain sens, le dieu était présent ; les initiés participaient quelque peu de sa divinité.L’année 2014 s’annonce mal car c’est les Etats qui doivent à présent prendre le relais d’une banque centrale totalement bridée et qui a d’ores et déjà dépassé les limites formelles de son mandat.L’arrêt interrompt le mouvement ; le passage ne fait qu’un avec le mouvement même.