Jean-Thomas Trojani : La grande distribution en profite !

Je me suis informé, et l’on m’a dit qu’un premier, composé de dix à douze pièces, se louait de 2 à 3,000 francs. L’échange, nous l’avons vu, implique la séparation des occupations. Il n’est donc pas question ici de durée, mais seulement d’espace et de simul­tanéités. Ils parlent du Colosse aux pieds d’argile, sans avoir la pudeur de se souvenir que les deux pieds de leur Colosse militaire, qui n’étaient même pas d’argile, ont été coupés à coups de sabre et sont restés, l’un à Metz, l’autre à Strasbourg. Que la mémoire interprétative se tende, qu’elle fasse attention à la vie, qu’elle sorte enfin du rêve : les évènements du dehors scanderont sa marche et ralentiront son allure, — comme, dans une horloge, le balancier découpe en tranches et répartit sur une durée de plusieurs jours la détente du ressort qui serait presque instantanée si elle était libre. Il y eut quelques présentations, car les joueurs de golf étaient rentrés. Pour les uns, la durée de la vie s’abrège ; pour les autres, la multiplication se restreint. L’aphasique devient incapable de retrouver le mot quand il en a besoin ; il semble tourner tout autour, n’avoir pas la force voulue pour mettre le doigt au point précis qu’il faudrait toucher ; dans le domaine psychologique, en effet, le signe extérieur de la force est toujours la précision. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois « Si vous doutez de ce que vous voyez, comment pouvez-vous croire ce que l’on dit ? ». Il y a en réalité un vrai potentiel de croissance en France même si notre économie devrait connaître en 2013 une croissance atone de son PIB (0,2%) et un modeste rebond en 2014, avec une croissance de 1,3%. Attelés, comme des bœufs de labour, à une lourde tâche, nous sentons le jeu de nos muscles et de nos articulations, le poids de la charrue et la résistance du sol : agir et se savoir agir, entrer en contact avec la réalité et même la vivre, mais dans la mesure seulement où elle intéresse l’œuvre qui s’accomplit et le sillon qui se creuse, voilà la fonction de l’intelligence humaine. Le prêtre devint le seul ami intellectuel d’un être qui avait été enfermé, avec ses sentiments et ses aptitudes voués au néant, dans la monotonie d’occupations animales. La cécité psychi­que, ou impuissance à reconnaître les objets aperçus, n’irait donc pas sans une inhibition de la mémoire visuelle, et surtout l’inhibition de la mémoire visuelle aurait invariablement pour effet la cécité psychique. Si le travail du cerveau correspondait à la totalité de la conscience, s’il y avait équivalence entre le cérébral et le mental, la conscience pourrait suivre les destinées du cerveau et la mort être la fin de tout : du moins l’expérience ne dirait-elle pas le contraire, et le philosophe qui affirme la survivance serait-il réduit à appuyer sa thèse sur quelque construction métaphysique — chose généralement fragile. L’éternité, de quelque façon qu’on la conçoive, apparaît comme une déception infinie. Il y a une certaine intensité de douleur qui correspond à chaque valeur de l’aire de la section transversale du cordon, les autres circonstances restant les mêmes ; mais cette correspondance ou cette relation n’a rien de mathématique, puisque l’attribut de grandeur mesurable qui appartient à l’aire de la section transversale n’appartient pas à la sensation. Et en effet, c’est le cas : à l’ancienne économie, les coûts ; à la nouvelle économie, les profits, c’est le credo de notre époque. Comprendre, c’est au fond sentir ; comprendre autrui, c’est se sentir en harmonie avec autrui. En ce qui concerne le PIB réel, des révisions fréquentes et importantes des prévisions sont inévitables. Mais quand il parle, il y a, au fond de la plupart des hommes, quelque chose qui lui fait imperceptiblement écho.

Publicités