La concurrence entre États n’est pas efficace

On leur souhaite une vie privée bien remplie, parce que leur vie publique relève en ce moment plus de la flagellation que de l’embrassade.… Le marbre, le bronze, la toile peinte, le carton enluminé, les alexandrins, les ïambes, les phrases du livre et les périodes du discours semblent s’être conjurés pour donner au peuple une singulière idée de la lutte d’il y a trente ans.Sans renouveler toute cette dispute, où chaque parti n’aurait eu qu’à répéter d’anciens argumens, on aurait pu donner quelques éclaircissemens sur deux ou trois points contestés.Voilà ce que c’est que la misère. Ce  « sacre du bonheur »  comme le nomme Drôle de Drame, suscite une floraison d’images, d’arguments et de luttes entre les tenants des différentes voies, selon les groupes sociaux, ou les philosophies. Demandons alors à Achille de com­menter sa course ; voici, sans aucun doute, ce qu’ il nous répondra.Elles sont rejetées avec toute l’énergie possible, sans même parfois être sérieusement examinées.Étendez par la sympathie et généralisez cette impression d’abord toute personnelle, vous en viendrez à formuler ce jugement : il est naturel que tout être qui travaille au bonheur de ses semblables reçoive lui-même, en échange, les moyens d’être heureux.On retrouve cette hardiesse jusque chez les animaux.Ne sommes-nous pas libres de diriger notre attention où il nous plaît et comme il nous plaît ?Nous baignons, d’après James, dans une atmosphère que traversent de grands courants spirituels.Ce type de contexte favorise la survenance d’événements malheureux – même pour des États disposant de larges réserves et excédents de balance courante.

Publicités