La conséquence d’un système injuste ?

Il existe deux freins majeurs : la censure par le nombre et le manque d’adaptation et de professionnalisme des acteurs du marché.La tactique du gendarme a fait preuve d’une parfaite indépendance.Cette question de la formation peut d’ailleurs être considérée comme un marqueur de l’évolution du concept de colocalisation vers celui de coproduction.Une seconde fiche rappelle les bonnes pratiques en matière de cyber-sécurité.Quelle qui ne peut être efficiente qu’après consultation de toute une série d’organismes, de gouvernements et d’officiels ?

Celle qui ne saurait être financée par les marchés, tout simplement du fait d’un mécanisme d’une rare opacité ? Ou celle qui ne sera réellement en place qu’en 2025, alors même que la fréquence des crises bancaires et financières aurait exigé une action immédiate ? A moins que cette union bancaire dont nos responsables politiques se montrent si fiers ait finalement rompu le nœud gordien entre banques et Etats ?

Un cagnotte de sauvetage insuffisante

Pourtant, jugeIls devraient retrousser leurs manches et, devant leurs opinions publiques, mettre à l’ordre du jour de leurs nations respectives les alternatives qui s’offrent aujourd’hui à l’Europe.Nous considérant comme solidaires les uns des autres, nous nous sentons engagés par une sorte de dette à l’égard de tout bienfaiteur de la société.Mais, d’autre part, en appuyant sur cette opposition des deux éléments et sur cette communauté d’origine, nous dégagerons sans doute plus clairement le sens de l’évolution elle-même.La crainte de l’épuisement de la croissance était à son comble aux Etats-Unis peu avant la forte expansion de la seconde moitié des années 1990, portée par les technologies de l’information et de la communication dont on scrutait en vain l’impact depuis le début des années 1980…Mais, une demi-heure plus tard, mon ami, qui venait de s’avancer sur le balcon, m’appela : « L’Etna en feu !Elle est moins à son aise dans le monde organisé, où elle ne chemine d’un pas assuré que si elle s’appuie sur la physique et la chimie ; elle s’attache à ce qu’il y a de physico-chimique dans les phénomènes vitaux plutôt qu’à ce qui est proprement vital dans le vivant.Deux éléments pourraient même les faire tomber dans une véritable crise.Cela signifie investir dans des techniques agricoles plus productives, capables de nourrir plus de populations sans envahir plus d’espaces naturels.

Publicités