La dette, le Sud et les idées reçues

L’absurdité comique nous donne donc d’abord l’impression d’un jeu d’idées.Au-delà et par delà les pressions intenses (sur lesquelles on ne reviendra pas) exercées par les marchés financiers et par les agences de notation, les gouvernements qui se succédèrent au pouvoir furent tous confrontés à des choix éminemment politiques.Car en proposant d’installer à ses frais des panneaux solaires photovoltaïques (PV) sur les toitures de particuliers ou d’entreprises tout en leur facturant une électricité à un prix d’environ 10% à 20% en deçà de ceux pratiqués par les « utilities », SolarCity menace le cœur même de leur « réacteur ».Tous les dispositifs mis en place aujourd’hui permettent de faciliter l’arrivée d’investisseurs tiers.Tchicherine, l’un des esprits les plus avancés de la Russie, juriste et philosophe, reste à l’écart de l’école de l’idéalisme concret.Il a perdu, au moins momentanément, l’estime de lui-même et la confiance en soi qui sont la marque de l’Individu libre ; s’il put échapper à l’esclavage matériel, la servitude morale pèse sur lui, l’enserre, l’étreint ; et il cesse d’être un homme, oui, pour devenir une chose.Ce sont, aussi, des réservoirs à respect.Elles sont non seulement génératrices de valeur et de cash mais impactent la confiance que les entreprises inspirent à leurs partenaires financiers, voire à leurs fournisseurs.Selon cette doctrine, où le platonisme vient se confondre avec le Kantisme, le monde même ne serait qu’une sorte de formule vivante du problème moral.Pour Arnaud de Lummen, cette tendance devrait se confirmer.Et l’on montre des statistiques, et des documents sont produits.Il était ainsi plus petit qu’elle, qui demeura droite.

Publicités