La France, une singularité irréformable ?

À quelle occasion prendrait-il naissance ?Le blog des chineurs de grenier aime à rappeler cette maxime de Confucius, « Le tout est plus grand que la somme des parties ».L’intention du premier secrétaire est certes positive : il veut canaliser le débat à l’intérieur d’un parti qui menaçait d’être dévitalisé au lendemain de l’élection de François Hollande, mais c’est peine perdue : l’essentiel de la joute se déroule hors du PS, dans les médias et à l’Assemblée, où Manuel Valls alterne en vain main de velours et gant de boxe pour tenter de mater la rébellion.La dernière idée à la mode, chez les libéraux, est de prier pour qu’il y ait en France un « shutdown » budgétaire, à l’image du bras de fer politique qui vient de démarrer aux États-Unis sur le plafond de la dette.En effet, non contente d’exporter sa déflation vers ces pays sinistrés, l’Allemagne feint d’ignorer qu’elle leur est largement redevable de ses propres excédents: pour leur avoir vendu force marchandises avant la crise, puis par la grâce d’un euro ayant perdu toute crédibilité du fait de l’absence de cohésion et de solidarité européennes.Or l’objectif de 50 % de nucléaire en 2025 est, selon notre scénario, tout à fait réalisable.J’ajoute maintenant, et par anticipation, que les choses ne commencent à avoir de la valeur que lorsque le travail leur en donne.Ainsi mon esprit peut se représenter abolie n’importe quelle chose existante, mais si l’abolition de n’importe quoi par l’esprit était une opération dont le mécanisme impliquât qu’elle s’effectue sur une partie du Tout et non pas sur le Tout lui-même, alors l’extension d’une telle opération à la totalité des choses pourrait devenir chose absurde, contradictoire avec elle-même, et l’idée d’une abolition de tout présenterait peut-être les mêmes caractères que celle d’un cercle carré : ce ne serait plus une idée, ce ne serait qu’un mot.Toute action peut être considérée comme une équation à résoudre ; or il y a toujours, dans une décision pratique, des termes connus et un terme inconnu qu’il s’agit de dégager ; mais une morale scientifique ne peut pas toujours le dégager : certaines équations sont donc insolubles ou du moins ne peuvent présenter de solution indiscutable et catégorique.Cette technique présente d’emblée l’avantage de réduire efficacement le nombre de faux positifs lancés par les systèmes de surveillance existants, réduisant par là même les frais liés à l’inspection manuelle, tout en garantissant une détection de la fraude plus précise et plus pertinente.Nous n’avons considéré jusqu’à présent le sentiment moral que comme un sentiment conscient de son rapport avec les autres sentiments de l’esprit humain, mais non raisonné quant à son principe et à ses causes cachées, non philosophique en un mot.Quant à la majorité, comme c’est la tradition, elle souligne sa volonté de le faire et ses bonnes intentions.