Le football, ce fantastique vecteur de mondialisation

Qu’on maintienne le principe de la souveraineté de l’État, si l’on veut : il fléchira nécessairement dans son application aux cas particuliers.Il s’agit de l’allocation universelle, ou revenu de base, sur laquelle les SUISSES doivent bientôt se prononcer par votation.Victor Limerel, grand amateur d’automobiles, passait comme un souvenir dans les rues de Paris, et ceux qui le voyaient devaient songer à quelque douairière, ample et poudrée, que n’était pas du tout madame Limerel.Le premier courant, tout seul, ne donnerait qu’une perception passive avec les réactions machinales qui l’accompagnent.À l’inverse, l’Italie et la France auront tout intérêt à ce que les investisseurs viennent acheter leurs obligations pour maintenir leurs taux bas.On suit même avec quelque curiosité le roman d’une astronomie imaginaire, et l’on se demande comment, muni d’instruments d’observation semblables aux nôtres, mais d’une station différente, un observateur intelligent aurait pu s’élever graduellement, de l’intuition de mouvements apparents autres que ceux que l’on voit de notre terre, jusqu’à la connaissance des mouvements réels, telle que la science a fini par nous la donner à nous-mêmes, en parcourant des phases dont la trace historique est parfaitement conservée.Il faut, pour bien s’entendre, s’attacher exclusivement à ce qu’il y a de fondamental et de catégorique dans la notion du hasard, savoir, à l’idée de l’indépendance ou de la non-solidarité entre diverses séries de causes : et maintenant le mot de cause doit être pris lato sensu, conformément à l’usage ordinaire, pour désigner tout ce qui influe sur la production d’un événement, et non plus seulement pour désigner les causes proprement dites, ou les causes efficientes et vraiment actives.Mais cette fois-ci, la commissaire à la concurrence n’entreprend pas de refondation idéologique.C’est bon pour le solde commercial qui redevient positif et remonte jusqu’à 2004.Je vous donnerai la vie et le bonheur à tous — à tout ce qui palpite sous le soleil.Mais je crains que cette essence très subtile ne soit de celles qui se décomposent à la lumière.« Il y a une grande réticence à parler de propriété intellectuelle depuis le rejet par le Parlement », constate arnaud berreby, un ancien associé, qui a été l’artisan de cette Coalition.

Publicités