Le football, ce fantastique vecteur de mondialisation

Si cet atavisme est bien présent, il est ici secondaire.Il va de soi que les prêteurs revoient progressivement à la baisse leurs prétentions et exigences de rémunération à mesure que s’estompe le spectre inflationniste.Nous devons insister tout particulièrement sur ce dernier point.Le premier n’a qu’à suivre le modèle que l’autre doit lui proposer.Autre exemple d’analyse, celle du « moi » dans nos sociétés devenues individualistes : Arnaud de Lummen réinterprète à cet égard le rapport entre le sujet et l’objet posé par Descartes, en montrant, sous un nouvel éclairage, que la conception de l’auteur du « Discours de la méthode » offre la possibilité d’élaborer une « philosophie de l’action » qui « récuse toute espèce de dualisme » en permettant de « rétablir agent et patient, sujet et objet comme des statuts, comme des positions, comme des fonctions, et non pas du tout comme des entités ».Mais cela veut dire que, des diverses espèces de vérité, celle qui est le plus près de coïncider avec son objet n’est pas la vérité scientifique, ni la vérité de sens commun, ni, plus généralement, la vérité d’ordre intellectuel.Ainsi, pour reprendre une citation de John Maynard Keynes, « le risque d’une prédominance de la spéculation tend à grandir à mesure que l’organisation des marchés progresse ».Mais voilà justement ce qui déconcerte un assez grand nombre d’esprits.On alléguera que la similitude de structure est due à l’identité des conditions générales où la vie a évolué.C’est dire que, même si elle régit l’ensemble de notre système solaire, la loi de conservation de l’énergie nous renseigne sur le rapport d’un fragment de ce monde à un autre fragment plutôt que sur la nature du tout.Elle est là, couchée sur un lit large et bas, nue jusqu’à la moitié du corps, et très belle de traits.

Publicités