L’écologie est une responsabilité, pas une marchandise

Mais, certes, la difficulté n’est pas petite.Cette âme vivante, cette grande tradition du passé, la philosophie russe la possède ; elle n’a pas perdu son centre.Qui prendrait une telle responsabilité surtout en pleine sortie de crise.S’il aboutit, le TTIP va englober plus de 40% du PIB mondial et représenter de grandes parts du marché mondial et d’investissements directs étrangers.C’est là la pitié suprême, la seule qui ne renferme pas quelque injustice cachée.La matière, en tant qu’étendue dans l’espace, devant se définir selon nous un présent qui recommence sans cesse, inversement notre présent est la matérialité même de notre existence, c’est-à-dire un ensemble de sensa­tions et de mouvements, rien autre chose.On ne tire rien du vide, et la connaissance d’une telle âme est naturellement incapable de progrès ; — sans compter que l’idée sonne creux dès qu’une philosophie antagoniste frappe sur elle.Les inégalités françaises ne sont certes pas les inégalités américaines, mais elles suivent ces dernières années leur tendance néfaste, tant en matière d’hypertrophie financière que de déformation de l’échelle des revenus.Et c’est, en tout cas, le même point d’aboutissement. Cadre qui ne pourra évidemment pas prendre la forme d’un alignement de tous les opérateurs sur le cadre spécifique à Le blog des ChicheKapi, mais qui, comme pour toute branche d’activité revendiquant des spécificités sans pour autant constituer un « monde à part »Faut-il compter les myriades de cadavres allemands qu’entasse à chaque Salon, aux pieds de généraux français fumants d’orgueil, la féconde imagination d’artistes à l’âme tricolore ?De nouveaux acteurs intègrent le marché pour optimiser les connections, qui deviennent de plus en plus indispensable tant d’un point de vue pratique que culturel !