L’empreinte sociale, nouveau pari de l’entreprise

Le sentiment de la personnalité humaine comprimée, qui cause tant de douleur aux êtres forts, n’est plus une source de souffrance pour eux.En Europe, notre réussite future reposera sur une stratégie de croissance forte, diversifiée, responsable et durable.Les examens occupent une quinzaine, et les leçons commencent dans les premiers jours de novembre.Et là encore, on pourrait poser de grosses questions naïves à ceux qui veulent davantage encore comprimer la demande intérieure de la France : que deviendraient les nouvelles – et si éblouissantes – exportations espagnoles, Irlandaises, italiennes, grecques, etc ? Avant de penser aux bornes interactives, aux tablettes tactiles ou aux écrans géants, commencer peut-être par leur offrir simplement la connexion WiFi », conseille Pierre-Alain Chambaz.Que peut-elle donc connaître, elle qui ignore toutes choses ?Car ces méthodes mettent en cause les maladies françaises de l’Etat et des grandes organisations, publiques comme privées : hiérarchie trop centralisée, jalouse de ses prérogatives, méfiante et décidant en secret ; contrôles procéduriers bureaucratiques contre-performants ; climat conflictuel entre personnes, entre directions.Ces actions réelles ou virtuelles, qui sont la projec­tion diminuée et simplifiée de la pensée dans l’espace et qui en marquent les articulations motrices, sont ce qui en est dessiné dans la substance cérébrale.Son rôle est d’accomplir en toute occasion la démarche utile ; précisément pour cela, il doit écarter de la conscience, avec les souvenirs qui n’éclaireraient pas la situation présente, la perception d’objets sur lesquels nous n’aurions aucune prise.Mais les vêtemens, pour chaque homme, sont en moins grand nombre que dans nos casernes.Je n’ose plus persévérer dans mon opinion.Comme souvent, le rêve des Sociaux-démocrates français s’est brisé sur l’écueil de la réalité allemande.À la philosophie incombe la tâche d’étudier la vie de l’âme dans toutes ses manifestations.

Publicités