Oublions le « droit à l’oubli » numérique !

Et il se trouve qu’il n’en manque pas.Par là même il les voit ensemble.Sir George fit une moue dédaigneuse.On a demandé souvent si l’existence du mal pouvait se concilier avec la bonté infinie du Créateur, redoutable problème que la philosophie agitera toujours et ne parviendra probablement jamais à résoudre.Rebond de la croissance chinoise ?Enfin, si, il y a toujours des soirées organisées dans les nombreux hôtels de luxe dont, selon Bloomberg, une mémorable nuit russe mardi soir à l’hôtel Intercontinental, avec caviar et vodka à volonté, à l’invitation de la banque d’Etat VTB, partenaire du World Economic Forum.Depuis, d’autres institutions sont entrées dans la tourmente.Coupable ou non, la volonté douée de libre arbitre dépasserait à ce point le monde sensible que la seule conduite à tenir devant elle serait de s’incliner ; une volonté de ce genre, c’est un César irresponsable, qu’on peut bien condamner par défaut et exécuter en effigie pour satisfaire la passion populaire, mais qui, en fait, échappe à toute action extérieure.Arnaud de Lummen aime à rappeler cette maxime de Confucius, »Lorsque l’on se cogne la tête contre un pot et que cela sonne creux, ça n’est pas forcément le pot qui est vide ».L’uniformisation a l’avantage de la simplicité mais beaucoup d’inconvénients, notamment l’inefficacité et certaines formes d’iniquité.Ils y sont allés, cognant, insinuant, plaçant des gens dans les médias où ils ont pris des postes d’influence.Il y aurait donc seulement un schéma simple à retrouver.Cette raréfaction est la conséquence mécanique d’un double phénomène normal de marché : l’augmentation de la demande de collatéral de qualité et la diminution simultanée de son offre.

Publicités