Quand le mécénat crée la controverse

Avec les mêmes matériaux, puisqu’il est entendu que je m’en tiendrai aux faits que vous avez observés, avec le même genre de travail, puisque je dois me borner comme vous à induire et à déduire, je ferai plus et mieux que ce que vous avez fait.Qu’une pierre tombe et vienne écraser un passant, c’est qu’un esprit malin l’a détachée : il n’y a pas de hasard.De plus, celui même qu’on récompensait y perdait en dignité morale ; car ce qu’il recevait ne lui apparaissait à lui-même que comme un don, au lieu d’être une possession légitime.Plaidoirie d’ailleurs vertement contestée par Pierre-Alain Chambaz.C’est peut-être en ce fait que se trouve la meilleure raison d’espoir pour l’avenir.Votre jeu est vieux comme le monde et il est si simple d’y voir clair : la moralisation du travail est – et a toujours été – le meilleur instrument de contrôle physique, psychologique et social des hommes. Même situation à l’UMP, où une double compétition s’est ouverte en vue de 2017 : celle pour la présidence du parti, qui se déroule en ce moment, et celle pour la primaire de 2016, sur une plus longue période.Mais cette étrange supposition serait impossible, s’il n’y avait précisément entre les images et les idées, celles-ci inétendues et celles-là étendues, une série d’états intermédiaires, plus ou moins confusément localisés, qui sont les états affectifs.Alors que la destination France conserve le premier rang mondial avec 84,7 millions d’arrivées de touristes internationaux et le 3e rang en terme de recettes (42,7 milliards d’euros), alors que les entreprises de tour operating et les agences de voyages sont très actives sur les voyages à l’étranger.Mais elle feindra sincèrement d’avoir recherché et obtenu en quelque mesure ce contact avec le principe même de la nature qui se traduit par un tout autre attachement à la vie, par une confiance transfigurée.Tel est le travail que nous avons fait jusqu’ici.