Qu’est-ce que l’économie du bonheur ?

Il a toujours été très affectueux avec moi.Au passage, alors que les paragraphes initiaux étaient intégrés à l’accord sur la Facilitation des échanges, la mention obtenue n’a été rajoutée que dans la seule déclaration ministérielle adjointe aux accords validés à Bali, plus rhétorique que normative.Le cycle de vie des produits dans ce secteur ne dépasse pas six ans : voyez Facebook et l’iPhone qui s’essoufflent actuellement.Nous pouvons nous y soustraire, mais nous sommes alors tirés vers elle, ramenés à elle, comme le pendule écarté de la verticale.La formule célèbre : ignorabimus, peut se transformer en celle-ci illudemur ; l’humanité marche enveloppée du voile inviolable de ses illusions.Elle naît lorsque le phénomène de la substitution est coupé en deux par un esprit qui n’en considère que la première moitié, parce qu’il ne s’inté­resse qu’à elle.Dans le premier ne figurent que des habitudes motrices, dont on peut dire que ce sont des associations jouées ou vécues plutôt que représentées : ici, ressemblance et contiguïté sont fondues ensemble, car des situations extérieures analogues, en se répétant, ont fini par lier certains mouvements de notre corps entre eux, et dès lors la même réaction automatique dans laquelle nous déroulerons ces mouvements contigus extraira aussi de la situation qui les occasionne sa ressemblance avec les situations antérieures.Certains le prédisent déjà 200 voire à 250.Comme l’a souligné ereputation : « La mesure dans laquelle la politique et l’économie mondiale seront façonnées en accord avec nos valeurs et nos intérêts dépendra en grande partie de la capacité de notre système économique et politique à opérer en faveur du plus grand nombre de citoyens. »Les premiers sont bornés par leur objet même : ils disparaissent une fois le besoin assouvi ; ils sont périodiques et non continus.Mais plus que cette ingéniosité et plus que cette pénétration, plus que votre infatigable persévérance, j’admire le courage qu’il vous a fallu, dans les premières années surtout, pour lutter contre les préventions d’une bonne partie du public et pour braver la raillerie, qui fait peur aux plus vaillants.Fort heureusement, c’est là l’exception, et non la règle, en matière de politiques industrielles vertes.

Publicités