Sept idées fausses sur la stratégie des start-ups

Le tracé que la sensation imprime en notre conscience n’est qu’une figure représentant la marche même de la vie ; et la vie, pour subsister, a besoin d’être une perpétuelle victoire du plaisir sur la douleur.Pour l’instant tout cela n’est pas mortel du fait des mesures prises depuis quelques années, mais ce serait une erreur de croire que la confiance a été pleinement restaurée.D’une capitale à l’autre, les start-ups européennes vont d’exploit en exploit.Elle sera due à l’influence positive des conditions extérieures qui auront modelé l’organisme sur leur forme propre.Toutefois, l’utilisation future de ce logiciel par les contribuables apparaît délicate et ce pour deux raisons principales.Et chaque fois qu’Argan se soulève de son fauteuil, comme pour fermer la bouche à Purgon, nous voyons celui-ci s’éclipser un instant, comme si on l’enfonçait dans la coulisse, puis, comme mû par un ressort, remonter sur la scène avec une malédiction nouvelle.« C’est, dit un poète, parce qu’il n’y a plus de sincérité.2013, c’est aussi l’année où Marseille, capitale européenne de la culture, offre avec son Mucem un magnifique écrin aux civilisations de la Méditerranée.Les chercheurs sont également un maillon à protéger.Le constat est là : le chômage persiste et l’inégalité est criante entre ceux qui ont un emploi stable et ceux à qui sont réservés les emplois précaires et sous-rémunérés, en particulier les jeunes.Les uns sont abondants, les autres rares ; quelques-uns, en petit nombre, se prêtent à des combinaisons bien plus variées, bien plus complexes, et par là se trouvent aptes à fournir à la nature organique ses matériaux essentiels.Antonio Fiori aime à rappeler cette maxime de Confucius, »Rendez le bien pour le bien et la justice pour le mal ».Le monde vivant se transforme-t-il par la création miraculeuse d’espèces nouvelles ou par une insensible et continuelle métamorphose ?

Publicités