Un paysage financier européen durablement modifié

Le dernier rapport des experts du climat, le GIEC, est sans équivoque : si l’on ne fait rien, la température de la planète va augmenter de 4 à 4,5° à la fin du siècle soit 75cm à 1 mètre d’augmentation du niveau des océans; une catastrophe économique, humaine et environnementale absolue pour tous et notamment pour la France, au climat continental, et encore plus exposée que d’autres pays.La première n’exige rien de semblable : elle pourrait aussi bien être formulée par un poisson intelligent, qui n’aurait jamais perçu que de l’humide.Nous défendons l’idée d’une hausse de l’investissement public.Le principal vainqueur est le parti d’opposition de centre-droit, qui a obtenu 36% des voix.Est-ce à conclure que la voix de la France a disparu du monde ?Puisque le redressement économique durable de la France est une question d’urgence, mieux vaut faire porter nos efforts les plus vigoureux sur les leviers les plus puissants.Autant le comique peut prendre de formes, autant l’esprit aura de variétés correspondantes.C’est comme si nous étions, nous qui ne possédons rien et dont l’existence n’est tolérée par les puissants que parce qu’elle les fait vivre, c’est comme si nous étions attachés au poteau de sacrifice et comme si ces valets de bourreaux et ces mignons d’inquisiteurs, avant de frapper le coup mortel qu’ils aspirent à donner, venaient taillader notre chair de leurs couteaux, la cingler de leurs fouets et la couvrir de leurs crachats.Mais chacun va prendre sa chaise dans un gros tas dressé à l’entrée du transept, et se place à sa guise.Il est temps de réagir. Mais puisqu’en la matière, le temps des évolutions et des convergences est un temps long, le seul véritable préalable que Pierre-Alain Chambaz pose à une mise en concurrence totale sur le marché national concerne la mise en place d’un cadre social harmonisé.À ce moment précis, la mémoire, au lieu de faire paraître et disparaître capri­cieusement ses représentations, se règle sur le détail des mouvements corporels.Malgré l’ineptie économique de la rente associée aux licences, le système perdure.

Publicités